Les organisateurs de la manifestation culturelle ((East Africa Got Talent « AGT »)  qui se déroule à Nairobi ont souligné que les tambourineurs burundais étaient des résidents légaux au Rwanda.




Les organisateurs de la manifestation culturelle qui se déroule à Nairobi ont souligné que les tambourineurs burundais étaient des résidents légaux au Rwanda et donc des candidats légitimes au spectacle, dans un communiqué obtenu lundi par l'APA à Kigali.

La déclaration des organisateurs est intervenue après que le Burundi ait accusé le Rwanda de voler leur fierté culturelle. La réaction des autorités burundaises faisait référence à la dernière performance d'un groupe de réfugiés burundais au Rwanda en compétition lors d'un concours régional organisé au Kenya.

Dans une déclaration publiée par East Africa Got Talent (EAGT), les organisateurs ont déclaré que l'inscription au concours était ouverte à toute personne résidant légalement dans les quatre pays participants, à savoir le Rwanda, l'Ouganda, le Kenya et la Tanzanie.

La déclaration a été publiée après une série de manifestations organisées par le gouvernement burundais dans toutes les provinces du pays samedi dernier alors que Bujumbura accusait Kigali de prétendre que les Burundais participant au concours étaient des Rwandais.

Les responsables rwandais n'ont pas encore commenté l'accusation.

Dans l’intervalle, les organisateurs des manifestations ont déclaré que les contestants s’appliquaient à titre individuel et qu’ils n’étaient inscrits par aucun gouvernement en tant que représentant officiel de quelque pays que ce soit.

« Nous regrettons profondément de l'infraction des batteurs, mais nous tenons à préciser qu'East Afric Gote Talent célèbre une grande diversité de talents et est particulièrement fier de mettre en valeur le patrimoine culturel de la région », indique le communiqué.

Entre-temps, certains observateurs politiques de la région de l'Afrique de l'Est affirment que le Burundi est confronté à un isolement mondial supplémentaire après sa demande d'adhésion au Conseil pour le développement de l'Afrique australe.

Le bloc commercial communautaire a été rejeté alors que Bujumbura continue d'avoir des problèmes dans la Communauté de l'Afrique de l'Est et dans le Marché commun de l'Afrique orientale et australe dont il est membre.

Les problèmes ont commencé lorsque le président Pierre Nkurunziza (au pouvoir depuis 2005) a proposé un troisième mandat de cinq ans en 2015 - une décision qui a été considérée par les commentateurs et les opposants politiques comme une prise de pouvoir par lui-même et son parti, le Conseil national pour la défense de la démocratie - Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD).

Les relations entre le Burundi et le Rwanda, rarement chaudes, ont été en recul ces derniers mois.

Le Président rwandais, Paul Kagame, a critiqué la décision de Nkurunziza de se représenter aux élections et l’a accusé d’héberger un groupe de rebelles rwandais.

La perfomance de tambourineurs burundais, est un témoignage d’un bon accueil des réfugiés par le Rwanda, qui leur donne non seulement un séjour, mais aussi l’épanouissement dans leur culture, seule richesse qui leur reste, les soins de santé et l’éducation à tous les niveaux pour la jeunesse.

Le Burundi devrait plutôt être reconnaissant