Africa center, situé près de Central Park à New-York et initié par Hadeel Ibrahim, fille de Mo Ibrahim, vise à promouvoir le partenariat  et collaboration entre l’Afrique et les États-Unis et ailleurs. Par African shapers






En reconnaissance de ce don historique, l’un des plus importants dons connus de ce genre fait par un philanthrope africain à une organisation américaine à but non lucratif, rappelle l’Africa center, le Centre a rebaptisé son site « The Africa Center at Aliko Dangote Hall ».

Les fonds serviront à la finalisation de la prochaine phase de construction de ce centre qui a abrité, le lundi 23 septembre, le Future Africa forum , en présence notamment du milliardaire nigérian, de Mo Ibrahim de Bill Gates et de quelques personnalités de marque comme les présidents du Ghana et du Togo, le président de la Banque Africaine de développement et l’émir de l’Etat de Kano au Nigeria.

Initié par Hadeel Ibrahim (fille de Mo Ibrahim), l’Africa center est un complexe de 7000 m2, situé près de Central Park à New-York. Le centre a pour mission de promouvoir le partenariat, la collaboration, le dialogue et la compréhension entre les artistes africains, les dirigeants d’entreprise et la société civile et leurs homologues aux États-Unis et ailleurs.

Le centre, en partie rénové, a déjà occupé une partie du bâtiment qui l’abrite au cours des derniers mois et a organisé un certain nombre d’événements et de présentations au cours de cette période. Le projet de finalisation de la construction et certains événements seront financés par un budget de de 50 millions de dollars et les travaux de construction devraient prendre fin en 2021.

La campagne de financement a été lancée grâce à cette contribution de 20 millions de dollars de la Fondation Aliko Dangote et de 5 millions de dollars de la Fondation Bill et Melinda Gates. Parmi les autres fondations, sociétés et personnes qui ont apporté leur soutien à la campagne de financement, figurent notamment la famille Mo Ibrahim, qui a versé plus de 7 millions de dollars à l’Africa Center ces dernières années, ainsi que le département des affaires culturelles de la ville de New York.

Créer un nouveau récit autour de l’Afrique

La programmation du centre, selon ses dirigeants, vise à créer un nouveau récit autour de l’Afrique qui dépasse les récits de conflits politiques et de difficultés économiques qui définissent souvent le continent.

L’année dernière, le centre a organisé des conférences et des lectures de livres avec des auteurs africains, des ateliers consacrés à l’art traditionnel de la peinture sur verre en Afrique de l’Ouest et organisé un dialogue communautaire sur la violence sexiste, la xénophobie et d’autres sujets.

Aliko Dangote, fondateur et président directeur général de Dangote Industries Limited, le plus grand conglomérat d’Afrique de l’Ouest, l’un des chefs d’entreprise les plus prospères au monde, est également un Philanthrope  qui a versé une dotation initiale de 1,25 milliard de dollars à la Fondation Aliko Dangote en mars 2014. Ce qui lui a permis d’intensifier ses activités dans les domaines de la santé et de la nutrition, de l’éducation et de l’autonomisation économique.

Le businessman nigérian a déclaré : « le Centre africain présente l’Afrique de manière contemporaine et multiforme en tant que centre d’innovation, de croissance et de potentiel illimité, ce qui rend ce projet extrêmement important et mérite d’être soutenu par le biais de ma fondation. Il existe une opportunité de créer de nouveaux récits sur l’Afrique aujourd’hui, avec son mélange inégalé de personnes, d’idées et de ressources, qui constituent à la fois sa plus grande force et la base de sa formidable promesse inexploitée. Les liens que le Centre africain établira entre l’Afrique , les États-Unis et le reste du monde, y compris les membres de la diaspora, sont plus importants que jamais ».

Halima Aliko Dangote, directrice exécutive du groupe Dangote Industries et présidente du conseil d’administration de l’Africa Center a déclaré: « L’Africa Center est une passerelle importante pour la compréhension de l’Afrique et des Africains contemporains et à venir. La Campagne de financement a reçu un soutien remarquable de la part d’institutions et de personnes reconnaissant le rôle qu’elle doit jouer dans la construction de ponts entre les cultures dans un monde globalisé. Ce soutien nous a permis de compléter les deux premiers espaces publics et de les faire vivre avec une programmation qui s’est déjà révélée convaincante et populaire dans notre communauté locale. Nous continuons sur cette lancée en nouant des contacts avec de nouveaux dirigeants d’entreprise et des philanthropes internationaux et en leur demandant d’investir dans la mission du Centre pour l’Afrique ».

Un programme de 25 millions pour les femmes du Nigeria

Récemment, la Fondation Aliko Dangote a de nouveau décidé d’autonomiser 106 000 femmes dans quatre États de la région du Nord du Nigeria, pour un montant total d’un peu plus de 2.500.000 euros. Pour ce faire, la Fondation a déjà commencé à identifier les bénéficiaires éligibles, en vue de la mise en œuvre du programme dans ces États.

La fondation autonomiserait 23 000 femmes à Sokoto, 34 000 à Katsina, 21 000 à Kebbi et 28 000 à Zamfara.

Le programme de 25 millions d’euros cible un million de femmes indigentes et de jeunes vulnérables. Lancé dans l’État de Kano en 2011, il est systématiquement déployé dans tout le Nigeria pour couvrir les 774 zones d’administration locale du pays.

À ce jour, 334 500 femmes et jeunes ont bénéficié du programme dans les États de Kano, Jigawa, Kogi, Adamawa, Borno, Yobé, Lagos, Nasarawa et Niger.

Dangote Micro-grant est l’un des programmes d’autonomisation de la Fondation Aliko Dangote qui offre aux femmes défavorisées et, de temps en temps, aux jeunes défavorisés, une subvention ponctuelle pour dynamiser la génération de revenus pour leur ménage.Dans la mesure du possible, les participants reçoivent également une formation adaptée pour renforcer leurs activités génératrices de revenus qui sont essentielles au bien-être de millions de Nigérians.

Le programme est mis en œuvre en partenariat avec les gouvernements des États afin de compléter leurs efforts d’autonomisation économique et de réduction de la pauvreté à travers le pays.

À partir de 2016, la fondation a automatisé les processus d’inscription et de paiement des bénéficiaires. De plus, en plus des subventions en espèces, les bénéficiaires ont également reçu des téléphones mobiles et des cartes SIM de la part de la fondation. Dans les deux derniers États où le programme a été mis en œuvre, la Fondation s’est associée à une grande banque commerciale pour ouvrir des comptes bancaires et fournir une carte de guichet automatique à chaque bénéficiaire.