Les accords Bayrou-Macron, réveillent la mauvaise conscience des hommes politiques français de droite et provoque la divagation

 

L’appui porté au régime génocidaire de Habyarimana au Rwanda, continue a hanté les hommes politiques français aussi bien de droite que de gauche.
Dans l’actualité, ces sont les amis de Fillon qui sont en crise. Et qui voit Fillon, Juppé n’est pas loin, car tous ces républicains, la seule politique pour laquelle ils se mettent d’accord, c’est bien la politique africaine.
Dans le pays qui se dit de droits de l’homme, comment peut-on comparer un accord entre deux hommes politiques français et le génocide contre les Tutsi ? Pour qu’une idée pareille sorte d’un groupe politique, qu’il ait le temps d’ouvrir l’ordinateur et d’entrer dans son adresse twitter, c’est une preuve d’un traumatisme, qui non seulement mérite un traitement d’un psy, mais aussi un dossier pour la justice. Malheureusement dans ce pays de droits de l’homme, dans lequel tous les hommes sont égaux, il y a des hommes qui sont plus égaux que d’autres.
Les amis de Fillon ( et de Juppé) sans oublier ceux de la gauche mitterrandiste ne doivent pas oublier qu’ils ont porté un appui a une politique qui a exterminé un huitième de la population du Rwanda avec des conséquences humanitaires, politique et économiques incalculables, qu’ils ont appuyé un crime des crimes qui non seulement concerne le Rwanda, l’Afrique, mais l’humanité toute entière.
Nous devrions prendre au sérieux ce message de twitter d’hommes politiques car il dénonce un iceberg qui est caché sous l’eau. En effet ce n’est pas la première fois que ce genre de comparaison douteuse apparait dans les médias français ». On a vu plusieurs fois à la TV des blagues de mauvais gout. Mais ces simples phrases lancées au hasard sont accompagnées par des actions concrètes sur le terrain qui ne sont pas innocentes.
On continue à observer une présence française dans la région des grands lacs qui est sous différentes formes. Parmi ces présences on peut noter la présence politique et économique dans la région et en Afrique. Le Département des Casques bleus de l’ONU est piloté par un français et l’engagement humain sur le terrain avec ou sans l’ONU, est impressionnant et témoigne d’un intérêt supérieur de la France.
Le Rwanda n’est pas la seule victime de cette ambiguë présence française en Afrique, il suffit d’observer de près ce qui se passe en RCA ou au Mali, pour ne citer que ces deux pays en actualité.

Beaucoup de voix se sont levées pour demander au sénateur Pierre Charon de démissioner après avoir comparer l'incomparable Hutu-Tutsi et la liaison Bayrou-Macron. La profondeur de relations entre les rwandais n'est sondable que par les concernés. Quand les experts externes s'en melent, ils ne font que se tromper et compliquer davantage la situation. La priorité pour Charon est de dénoncer publiquement ses propos inadéquats avant tout autre action.