La Belgique a décidé de ne pas rouvrir ses frontières aux voyageurs venant de 15 pays tiers recommandés par l'UE, invoquant des raisons sanitaires et de réciprocité. Par Chrystelle Thévenot  

 






La Belgique est en revanche accessible aux visiteurs en provenance des autres pays de l’Union Européenne et de l’espace Schengen. Les pays de l’UE se sont entendus sur une liste, publiée fin juin, de 15 pays tiers dont les ressortissants pouvaient être autorisés à voyager dans l’Union à partir de début juillet.

Les voyages « non essentiels » vers l’UE avaient été interdits à la mi-mars pour lutter contre la propagation de la pandémie de coronavirus.

La liste des pays autorisés fait l’objet d’une recommandation, non contraignante, chaque Etat restant maître du contrôle de ses frontières.

Huit de ces pays « présentaient encore d’après nos experts des risques sanitaires », a expliqué un porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères, Arnaud Gaspart. Il s’agit de la Serbie, la Thaïlande, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Géorgie, le Monténégro et le Rwanda.

Les sept autres (Uruguay, Australie, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Japon, Canada, Chine) « présentaient un profil sanitaire suffisant mais n’ont pas encore autorisé l’arrivée des Belges sur leur territoire », a-t-il poursuivi. « Dans un souci de réciprocité, le gouvernement n’a pas non plus autorisé l’arrivée de touristes venant de ces pays là ».

La Belgique a enregistré, depuis le début de l’épidémie, 62 058 cas confirmés de Covid-19 (+42). La moyenne donnée par l’institut Sciensano des décès enregistrés (chiffres consolidés) du 27 juin au 3 juillet était de 4,6 par jour, un chiffre déjà en baisse de 16% par rapport à la semaine précédente.