L'Etat de Côte d'Ivoire a retiré sa déclaration de compétence de la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples (CADHP) qui permet à un civil ou une ONG de la saisir directement. Par KOACI

 

 




Ally Coulibaly ce mercredi à Abidjan (ph KOACI)

 

 

 

 

L'information a été donnée ce jour à la presse à travers un communiqué signé du porte-parole du Gouvernement.

Il a rappelé que sur les trente (30) États qui ont signé la charte sur les cinquante-cinq (55) Etats de l'UA, 10 avaient accepté cette déclaration de compétence.

Avant le retrait de la Côte d'Ivoire, le Rwanda, la Tanzanie et, tout récemment, le Bénin s'étaient déjà retirés.

La Côte d'Ivoire justifie ce retrait du fait que les décisions de cette Cour portent atteinte à l'autorité de l'État surtout au fonctionnement de la justice.

Neanmoins retrait de la déclaration de compétence ne signifie pas le retrait de la charte, la Côte d'Ivoire est toujours dans la liste des 30 Etats qui reconnaissent la CADPH.

Commentant la décision rendue en faveur de Guillaume Soro (ordre de lever son mandat d'arrêt, ndlr), le Ministre des Affaires Etrangères, Ally Coulibaly a déclaré: « C'est une décision politique dans la mesure ou elle confère une immunité à quelqu'un qui veut être candidat. »