Au moins 1387 Burundais sont signalés dans la ville de Goma chef lieu de la province du Nord-Kivu depuis ce vendredi 13 mars. Ils sont au quartier Lac-Vert, commune de Goma. Par Justin Kabumba, Mediacongo.net







Selon des sources sur place, ces derniers sont venu en province du Nord-Kivu pour une prière d’anniversaire en mémoire des massacres de Businge du 13 mars période au cours de laquelle plusieurs civils burundais ont été tués dans une des communes de la République du Burundi.

« Nous sommes ici dans la ville de Goma pour une prière que nous avons toujours organisé dans l’objectif de nous souvenir de nos frères qui étaient tués. C’est une communication qu’on a toujours organisée et maintenant c’est le tour de la province du Nord-Kivu », a déclaré l’un d’eux.

Ausitot alerté par la situation des autorités administratives ainsi que des autorités militaires se sont vite rendu sur le lieu pour procéder à l’identification de ces derniers.

Ils sont au total près de 1398 sujets 695 femmes, 216 hommes et 488 enfants, parmi ces enfants on retrouve 236 garçons ainsi que 252 filles mais aussi 4 Congolais qui seraient venus de la province du Sud-Kivu pour accompagner ces « pèlerins ».

Parmis ces nouveaux réfugiés figurent des centaines d’enfants, des vieux ainsi que des jeunes garçons et filles de la nationalité burundaise ainsi que des Congolais disant venir de la province du Sud-Kivu.

« La RDC n’est pas un dépotoir ! »

Après l’alerte de la population sur la présence de ces sujets burundais, le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita s’est rendu personnellement ce samedi 14 mars 2020 au lieu où ils sont pour une sensibilisation. Aussitôt arrivé, le chef de l’exécutif provincial a rappelé ces Burundais que « La RDC n’est pas un dépotoir. » Et leur a demandé à de se mettre en ordre vis-à-vis des normes migratoires et de respecter les lois la République Démocratique du Congo.

En attendant la dernière décision de Kinshasa, Carly Kasivita, a dit être prêt à assurer le transport pour le retour de ces personnes à leur point d’entrée qui est le poste frontière de Kavivira au Sud-Kivu pour qu’ils entament d’autres démarches surtout qu’ils se disent menacer dans leur pays d’origine qui est le Burundi.

Le gouverneur a par ailleurs condamné vivement l’attitude de ces Burundais qui font souffrir leurs enfants en les mettant dans des conditions inhumaines.

En sa qualité du chef de l’exécutif, Kasivita a remis des vivres et non-vivres à ces êtres humains en détresse en attendant la réaction du gouvernement central.

Une menace pour la sécurité des habitants de Goma

La population congolaise de ce quartier indique que la présence de ces sujets Burundais constituerait une menace pour leur sécurité et demande aux autorités de les rapatrier dans leur pays. Présent sur le lieu, le ministre de l’Intérieur et sécurité, Jean Bosco Sebishimbo, appelle cette population à l’apaisement et promet des solutions par rapport à cette question.

Signalons que c’est depuis quelques mois que plusieurs sujets burundais sont arrivés dans la ville de Goma et dans plusieurs coins du territoire de Nyiragongo, ils seraient aussi pointés du doigt d’être à la base de plusieurs cas d’insécurité dans la ville.

Par ailleurs, cette présence suscite des réactions partout dans le pays, dans la classe politique, comme côté société civile.

L’opposition s’inquiète et elle va loin en qualifiant ces derniers d’être à la base de l’insécurité dans le nord Kivu ,en particulier dans la ville de Goma.