Kagame a lancé cet appel en prenant la parole lors du dialogue sur le leadership en matière de sécurité alimentaire en Afrique (AFSLD) à Kigali.





« Nous sommes en train de nous éloigner de l'objectif de la Déclaration de Malabo d'éradiquer la faim d'ici 2025. En fait, depuis sa signature en 2014, la sous-alimentation a de nouveau augmenté dans de nombreux pays africains », a déclaré le président.

M. Kagame a assuré aux autres dirigeants que le problème pouvait être réglé avec le bon type de technologie, de partenariat et de coopération.

«Ici au Rwanda, nous avons eu des problèmes avec cela (malnutrition). Mais je vous assure que grâce aux connaissances acquises avec la technologie, ainsi que le soutien des partenaires et la participation de tous, nous allons régler avec succès ce problème. Si nous le pouvons, tout le monde le peut », a-t-il déclaré.

Il a averti que la sous-alimentation aurait un impact négatif sur les enfants d'aujourd'hui tout au long de leur vie si rien n'était fait.

« L'ensemble du programme de développement humain en Afrique est en danger », a-t-il déclaré.

Cette manifestation de deux jours a rassemblé différentes parties prenantes dans le but de faciliter leur engagement à renforcer l’action collective visant à adapter les systèmes agricole et alimentaire de l’Afrique au changement climatique afin d’améliorer la sécurité alimentaire du continent.

Accueillie par le gouvernement du Rwanda, la réunion était organisée par les principaux partenaires, dont la Commission de l'Union africaine, le Groupe de la Banque mondiale, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la Banque africaine de développement et le Fonds international de développement agricole. (FIDA).

Le dialogue a réuni des représentants comprenant des chefs d'État, des ministres de l'agriculture et des finances, des chefs d'institutions internationales et des commissions économiques régionales (CER), des lauréats du prix Nobel et des éminents scientifiques afin de catalyser des actions et des financements pour faire face à la détérioration de la crise de sécurité alimentaire en Afrique dans le contexte du changement climatique récent.