La France vient de reprendre sa collaboration avec le Burundi, malgré les sanctions des Etats membres de l’Union européenne. Source RFI


Ministre E. Nibigira avec le Consiller de Macron  en septembre, New York, avant de se rendre à Paris


Le Burundi, en crise depuis que le président Nkurunziza a décidé en 2015 de briguer un 3e mandat qu’il a obtenu la même année, est jusqu’ici sous sanctions de l’Union européenne et de ses États membres.

La grande raison de ces sanctions est le refus de Nkurunziza et son gouvernement, de négocier avec l'opposition interne et en exil ainsi que les multiples violations des droits de l’homme, qui lui ont valu l’ouverture d’une enquête de la CPI pour crimes contre l’humanité.

La France semble avoir décidé de faire cavalier seul, en reprenant son aide directe au Burundi depuis le début de l'année 2019. Elle justifie cet acte par l’espoir de faire bouger les lignes dans ce pays souvent qualifié de jusqu’au-boutiste.

Il s’agit officiellement d’une « politique de la main tendue », une initiative de la France décidée lors de la visite du chef de la diplomatie burundaise, Ezéchiel Nibigira, à Paris en octobre de l’année dernière.

Ce changement de cap, alors qu’au même moment l’Union européenne venait de reconduire ses sanctions contre le Burundi, s’est fait dans la plus grande discrétion à l’époque. Pas de communiqué, aucune déclaration de la part des autorités françaises ou burundaises sur cette reprise de l’aide directe de la France depuis le début de la crise au Burundi il y a quatre ans.

C’est finalement l’ambassadeur de France au Burundi qui l’a révélé il y a quelques jours, lors de la célébration de la fête nationale française, dans sa résidence à Bujumbura.

Cela s’est traduit, selon le diplomate, par « une reprise progressive de la coopération dans le domaine de la défense ». Il s’agit notamment de la formation d’officiers burundais en France et dans les écoles à vocation régionale au Gabon et au Sénégal. Mais aussi par un financement de 50 millions de dollars pour le domaine de l’éducation.

Pourtant selon les observateurs de média ou des organisations non-gouvernementales, le respect des droits de l’homme dans le pays reste entier. Et selon les experts de l’ONU, la répression meurtrière se poursuit sans relâche au Burundi.