Le Président Kagame s'est entretenu jeudi au Lambermont, à Bruxelles, avec, le Premier ministre belge, Charles Michel à l'occasion de rencontres bilatérales organisées en marge des Journées européennes du Développement du 7 et 8 juin.

Le Président Paul Kagame avec le Premier ministre belge Charles Michel © Belga


Le Président Kagame s'est entretenu jeudi au Lambermont, à Bruxelles, avec, le Premier ministre belge, Charles Michel à l'occasion de rencontres bilatérales organisées en marge des Journées européennes du Développement du 7 et 8 juin. Ensemble, ils ont notamment abordé la problématique du terrorisme, l'avenir des relations entre l'Afrique et l'Union européenne ou encore la question de l'immigration, selon le cabinet du Premier.
Alors que près de 42 000 personnes, dont plusieurs chefs d'Etat africains et sud-américains, se réunissent à Bruxelles lors des 12e Journées Européennes du Développement organisées par la Commission européenne sur le site de Tour & Taxis, le Président Kagame a profité de l'occasion pour mener une série de rencontre bilatérales avec d’autres dirigeants d'Afrique présents à Bruxelles ainsi que les hauts responsables de l’Union européenne.
Le président Kagame a été reçu à la résidence "de fonction" du Premier Ministre belge Charles Michel au Lambermont, le président du Rwanda Paul Kagamé, le président guinéen Alpha Condé ainsi que le Président sénégalais Macky Sall. Pendant leur rencontre, les deux hommes d’Etat ont abordé divers sujets d'actualité politique et les relations bilatérales.
Terrorisme, climat, immigration et relations Afrique/UE
Les leaders ont évoqué la question du terrorisme et plus particulièrement la situation en Libye et au Mali, le changement climatique et la décision du président américain de sortir de l'accord de Paris ou encore le partenariat avec l'Afrique au niveau de la gestion de l'immigration, selon le cabinet du Premier ministre. Autre point abordé lors des rencontres: l'avenir des relations entre l'Afrique et l'Union européenne. Et plus concrètement, les questions de la bonne gouvernance, la promotion des droits de l'Homme, la lutte contre la corruption et l'implication du secteur privé comme levier de développement.
Le Premier ministre a profité de cette rencontre pour demander un appui de la candidature de la Belgique pour un siège non-permanent au Conseil de sécurité de l'ONU.