Il avait été l’un des accusés puis condamnés congolais de la CPI. Thomas Lubanga Dyilo, leader de l’Union du Peuple congolais (UPC) sera, sauf imprévu, remis en liberté ce dimanche 15 mars 2020. Par Nation







Il aura purgé sa peine de 14 anscommencée dans les geôles de la CPI à La Haye, aux Pays-Bas, et achevée à la prison de Makala, à Kinshasa. Il avait été le tout premier prisonnier congolais à faire l’objet d’un transfèrement à la Cour pénale internationale de La Haye (Pays-Bas). Thomas Lubanga peut même s’enorgueillir du titre de prisonnier numéro 1 de la CPI. Il aura eu le triste privilège d’accueillir à La Haye ses compatriotes Jean-Pierre Bemba (Aujourd’hui libre), Matthieu Ngudjolo (libre aussi), Germain Katanga et Bosco Ntaganda.

Poursuivi pour recrutement d’enfants soldats et de graves violations de droits humains à l’époque où il faisait figure de l’un des principaux chefs de guerre en Ituri entre 2002 et 2003, Thomas Lubanga fut arrêté à Kinshasa, le 19 mars 2005 et incarcéré dans l’alors Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK) qui a depuis repris sa célèbre appellation de prison de Makala.

Une année plus tard, soit le 15 mars 2006, et à la surprise générale, il est confié aux enquêteurs de la CPI arrivés secrètement à Kinshasa à bord d’un vol spécial. Des images le montreront embarquant à bord d’un vol spécial, engoncé dans un gilet pare-balles et menottes aux poignets.

Après une longue procédure comme la CPI en détient le secret, il sera condamné à 14 ans de détention. Il aura finalement passé près de 9 ans dans la prison de Scheveningen. Ayant accompli les deux tiers de sa peine, il lui a été proposé d’indiquer un pays de son choix où il aurait pu terminer le reste de sa période de détention. N’étant pas apatride, il avait choisi son pays, la RDC. Le 19 décembre 2015, il est remis aux autorités judiciaires congolaises qui le ramenèrent à Makala.

Il est à remarquer qu’aux dernières nouvelles, la CPI avait, d’ores et déjà, signifié à la justice congolaise que la durée de la peine infligée à Thomas Lubanga serait échue à la date du 15 mars 2020.

D’où, rien, plus rien donc, n’empêcherait la relaxation pure et simple, dimanche prochain, de cet ancien chef militaire du RCDK/ML de Mbusa Nyamwisi, avec lequel il entrera en dissidence et avant de créer son propre groupe rebelle, l’Union du Peuple congolais (UPC).

Thomas Lubanga Dyilo, 59 ans, est né le 29 décembre 1960. Il est le fondateur, en 2001, et Président national de l’Union des patriotes congolais, soutenue par l’Ouganda et puis, le Rwanda. En septembre 2002, il rebaptise l'UPC en UPC/RP.

Peu avant son arrestation, Thomas Lubanga avait transformé son mouvement rebelle en parti politique éponyme. Formation politique restée active même tout au long de sa détention. Son secrétaire général, John Tinanzabo a, d’ailleurs, siégé à l’Assemblée nationale au cours de la législature de 2006.