Le Rwanda, le trauma, la cognition et nous : Des chercheurs en psychologie sur les traces d’un génocide : Isabelle Blanchette et Emmanuel Habimana





En 1994, le génocide des Tutsis avait lieu au Rwanda, faisant près d’un million de victimes. Ces événements peuvent sembler bien loin de nous, éloignés dans le temps et géographiquement.

Même si ce génocide a eu lieu il y a 25 ans, ses conséquences psychologiques et sociales, pour les rescapés et pour tous les Rwandais, sont bien actuelles. Dans nos études, nous constatons que ces expériences passées de violence extrême restent au centre des échanges quotidiens et qu’elles sont associées à la santé mentale présente, mais aussi à la santé cognitive.

On observe des associations avec des processus cognitifs cardinaux tels que la mémoire à court terme, le raisonnement et la mémoire autobiographique. De surcroit, la santé cognitive et la santé mentale sont aujourd’hui au Rwanda d’importants déterminants des attitudes envers la réconciliation.

Même si le Rwanda est éloigné géographiquement, nous proposons que l’étude de ses conséquences nous en apprenne sur « nous ». On reconnait certains effets universels du trauma, présents au Rwanda comme ailleurs, même s’il existe évidemment certaines spécificités culturelles. Par ailleurs, sortir la recherche du laboratoire - dans lequel entrent des participants principalement occidentaux, blancs, fortunés, éduqués… - nous en apprend aussi sur « nous ».

Dans cette conférence, nous présenterons le projet de recherche que nous menons au Rwanda depuis 2010. En plus des résultats des études, nous discuterons du contexte dans lequel s’inscrit ce projet, des défis et aventures reliés au développement et à la réalisation d’un tel projet dans un contexte interculturel, un peu interdisciplinaire, alliant neurosciences cognitives, recherche fondamentale et santé mentale.

À propos des conférenciers:

Isabelle Blanchette est professeure titulaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières, Canada. Elle a obtenu son Ph.D. à l’Université McGill en 2000. Elle a ensuite effectué un post-doctorat à Birkbeck College, University of London. Elle a commencé sa carrière comme professeure à University of Manchester de 2002-2008. Son expertise porte sur l’interaction entre émotion et cognition, incluant l’effet des événements hautement émotifs sur le fonctionnement cognitif. Ses travaux sont financés entre autres par le Fonds de Recherche Nature et Technologies du Québec, le Conseil de Recherche en Sciences Humaines et le Conseil de Recherche en Sciences Naturelles et Génie du Canada.

Emmanuel Habimana est professeur titulaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières, Canada. Il a obtenu son Ph.D. à l’Université du Québec à Montréal. Son expertise porte sur la psychopathologie interculturelle, la santé mentale et l’immigration, l’influence de la culture sur les processus psychologiques et les troubles de la personnalité.