Le Rwanda Convention Bureau (RCB) a annoncé mercredi 1er juillet la réouverture des réunions et des conférences, alors que le pays tente de relancer progressivement les secteurs du tourisme et de l'hôtellerie. La Rédaction

 

 

 

 

À la lumière de cette décision, RCB a demandé aux organisateurs d'événements et les hôtes propriétaires d'établir des mesures pour prévenir les infections. Les lignes directrices visent à renforcer les systèmes existants dans l'industrie MICE (réunions, incitations, conférences et expositions) pour assurer la sécurité des délégués.

Ces lignes directrices incluent, entre autres, le dépistage de tous les participants à l'événement, l'éloignement social, l'utilisation des équipements de protection et les configurations de désinfection.

L'agence a ajouté que les mesures seront appliquées aux «événements de toute taille et de toute nature».

MICE a valu au Rwanda la deuxième place parmi les destinations MICE les plus populaires en Afrique.

En 2019, le créneau a généré 56 millions de dollars (environ 53 milliards de F RW), soit 20% de toutes les recettes touristiques.

Cependant, l'industrie devrait plonger en raison de la pandémie. Par exemple, le pays avait déjà perdu 10 millions de dollars (9,5 milliards de F RW) ou 10% des revenus estimés en 2020, alors que vingt réunions d'associations précédemment prévues entre mars et avril ont été interrompues.

En outre, la très attendue réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM), qui devait avoir lieu à Kigali en juin, a été reportée. La conférence de haut niveau devait attirer environ 10 000 délégués, dont 52 chefs d'État.

Ce sommet devrait générer plus de 700 millions de dollars, soit près du double des revenus touristiques annuels du Rwanda, grâce aux accords commerciaux. Le pays avait prévu jusqu'à 80 millions de dollars de dépenses des délégués.

Les données fournies par l'Institut national des statistiques du Rwanda (NISR) montrent que les revenus des visiteurs étrangers ont chuté de 35% au premier trimestre 2020 par rapport à la même période l'an dernier.

«Aujourd'hui plus que jamais, en tant que destination, nous devons nous positionner pour soutenir la reprise du secteur, en appliquant nos efforts collectifs pour nous aligner sur les tendances et les mesures qui nous soutiennent tous en ces temps difficiles», a déclaré Nelly Mukazayire, PDG du Bureau des congrès du Rwanda.

Malgré l'impact de Covid-19, le Rwanda continue de s'imposer comme une destination MICE sûre et sécurisée, en raison d'un environnement propice, d'investissements dans des sites de classe mondiale, d'une facilité de connectivité et d'une politique de visas ouverte, entre autres.