Le président Paul Kagame a appelé à la levée des sanctions contre le Zimbabwe et le Soudan alors qu'ils luttent pour faire face à l'impact économique et social de la pandémie de coronavirus. La Rédaction










Les deux nations font toujours face à des interdictions américaines, compliquant les tentatives d'obtenir l'allégement de la dette que les pays du continent sont en train de demander.

S'exprimant lors d'un sommet de l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, Kagame a exhorté les nations à « travailler à harmoniser et à amplifier nos voix sur la nécessité continue pour nos pays de disposer d'un espace budgétaire adéquat pour répondre efficacement ààla situation ».

Le ministre chinois des Affaires étrangères a appelé en janvier à la levée des sanctions contre le Zimbabwe, affirmant qu’elles n’avaient aucun fondement en vertu du droit international. Certains responsables du parti au pouvoir au Zimbabwe et leurs entreprises apparentées sont sous le coup des sanctions américaines depuis 2001, imposées pour avoir prétendument bloqué les réformes des droits de l'homme et restreint la liberté de la presse.

Alors que les États-Unis ont levé la plupart de leurs sanctions de longue durée en 2017, sa désignation du Soudan en tant que parrain du terrorisme d'État demeure, bloquant les investissements étrangers dans la nation nord-africaine. Le pays doit également régler des milliards de dollars d'arriérés avant que les principaux prêteurs occidentaux puissent se réengager.