Un pays qui a connu une page sombre de son histoire, est aujourd’hui le symbole du renouveau en Afrique. Le Rwanda est devenu en un temps record, un exemple, du point de vue social, économique, technologique. Par Abdou Mbar Faye/Impact*

 

 






L’ascension fulgurante du Rwanda n’est plus à démontrer, faisant de lui un modèle de réussite nommé « le miracle rwandais ».

 Son passé meurtri, un génocide douloureux, le Rwanda incarne le nouveau paradigme de l’Afrique d’antan, connue que par ses guerres, la mal gouvernance, la concussion, ses maladies. Le pays des mille collines s'est surtout récemment distingué dans le cadre de la lutte contre le covid19 par l’utilisation de l’intelligence artificielle. Des robots capables de diagnostiquer des patients, de leur apporter à manger et des médicaments.

 Cet avancement montre l’ambition du Président Kagamé à faire de son pays un modèle, capable de faire taire toutes les théories qui cantonnent l’Afrique dans un éternel recommencement. En effet, ce renouveau ne s’en tient pas seulement à ceci, nombreux sont les prouesses réalisées par ce petit pays. En février 2019, le Rwanda est l’un des rares pays en Afrique à lancer son satellite dans l’espace, un grand bond en avant, pour un pays sorti à peine d’un génocide qui ne s’est pas encore en cicatrisé.

 Du point de vue économique, le Rwanda fait partie des pays qui affichent un taux de croissance annuelle qui avoisine les deux chiffres selon le PNUD. Sur le plan social les querelles endogènes sont inexistantes, une paix sociale symbole d’un commun vouloir vivre ensemble. Ces progrès montrent que l’Afrique peut bel et bien s’en sortir si elle fait preuve d’une opiniâtreté inégalable, l’Afrique doit penser par soi et par elle-même. Elle ne doit plus courir sur les chantiers qu’on lui indique (…) sa seule urgence est d’être à la hauteur de ses potentialités.

 Et le Rwanda, qui jadis était voué à sombrer dans la misère après son passé douloureux est en train de montrer la voie à suivre. Un modèle que tous les pays africains devaient essayer de suivre pour le bien-être de leurs populations, qui dans un futur représentera le quart de celle du globe. “Elle en constituera la force vive. Un poids démographique et une vitalité qui feront pencher les équilibres sociaux,politiques,économiques et culturels de la planète.” Felwine Sarr.

 Il urge de mentionner que le poids de l’Afrique ne pourra peser sur l’échiquier international que dans le cadre d'une fédération des économies comme le disait Cheikh Anta Diop. Le salut de l’Afrique ne viendra que par elle-même pour sa survie et son bien-être.

 

*Abdou Mbar Faye, Diplômé de science-po/UCAD, et de relations internationales Liaoning University China.