Après avoir fourni des systèmes domestiques solaires hors réseau, Bboxx revient avec une innovation qui devrait faciliter l’accès à la cuisson par biogaz et GPL dans les zones rurales et urbaines. Par Boris Ngounou






La startup compte installer 5 000 systèmes « Bboxx Cook » d’ici à 2020 au Rwanda. Une phase pilote qui devrait ensuite s’étendre au reste de l’Afrique, où 86 % de la population utilise des combustibles fossiles nocifs à l’homme et à l’environnement.

Cuisiner de façon écologique en utilisant du biogaz ou du Gaz pétrole liquéfié (GPL) ne sera plus un luxe. C’est la promesse faite par « Bboxx Cook », une solution de cuisson à la carte, fournissant des services de cuisson propre dans les zones urbaines et rurales. La nouvelle trouvaille écologique a été lancée par Bboxx, une startup qui développe des services de produits innovants pour un monde plus écologique, le 19 juillet 2019 à Kigali au Rwanda.

Si l’invention de Bboxx se présente sous deux versions, GPL et biogaz, l’objectif est le même : faciliter l’accès pour tous à une cuisine respectueuse de l’environnement. Ainsi, l’offre de Bboxx Cook LPG devra surmonter les obstacles à l’adoption du GPL en supprimant les coûts initiaux (80 à 100 dollars) de la cartouche du cuiseur et du vrac. Ceci est rendu possible grâce à la technologie « pay-as-you-cook », destinée aux ménages urbains et aux clients commerciaux. Ainsi, le biogaz Bboxx Cook vient compléter les solutions de cuisson propre (qui peuvent coûter plus de 600 dollars aux ménages), en offrant aux ménages ruraux et aux institutions publiques la mise en place d’un plan de financement comprenant la réparation et la maintenance du digesteur qui produit le biogaz.

Enfin, ces systèmes sont reliés par internet à Bboxx Pulse™, la plateforme numérique qui permet la gestion des paiements des clients, des produits financiers, de l’intervention des techniciens et des employés sur des sites distants.

Bboxx Cook cible un marché de plus de 860 millions consommateurs en Afrique

L’innovation de Bboxx s’adresse à un large marché en Afrique. Selon une étude réalisée en 2016 par la Banque mondiale, 3 milliards de personnes dans le monde n’avaient pas accès à une cuisine propre. Et la part de l’Afrique subsaharienne est passée de 585 millions en 2000 à plus de 860 millions à la fin 2016, ce qui représente plus de 70 % de la population africaine. Un pourcentage que Bboxx situe aujourd’hui à près de 86 %.

Un marché tout trouvé sur­ lequel Bboxx voudrait s’appuyer pour se développer. L’entreprise a déjà reçu un financement de la part du Partenariat pour l’énergie et l’environnement (EEP), un fonds multidonateurs qui octroie des subventions et un financement initial pour amorcer des projets, des technologies et des entreprises innovantes dans le domaine des énergies propres.

Lors de la cérémonie de lancement de Bboxx Cook au Rwanda, Patrice UWASE, secrétaire permanent au ministère de l’Infrastructure, a réitéré l’engagement du gouvernement à poursuivre sa collaboration avec le secteur privé pour développer les marchés et fournir des technologies de cuisson propres aux populations. Bboxx Cook arrive dans ce pays, au moment où le gouvernement élabore des stratégies pour réduire de moitié la dépendance actuelle à la biomasse, qui s’élève à 79,9 %.