Green Africa Airways vient de passer la plus grosse commande jamais enregistrée par une compagnie aérienne africaine. Par La Tribune Afrique  



Un pas supplémentaire dans la stratégie nigériane de se doter d’une compagnie aérienne de classe mondiale et à la hauteur de ses ambitions de puissance africaine.

La compagnie nigériane Green Africa Airways a passé une commande portant sur 100 avions, de type Boeing 737 MAX 8, dont la moitié en option, équivalent à une valeur totale de 11,7 milliards de dollars au prix du catalogue. L'annonce a été faite ce vendredi 21 décembre par le constructeur américain Boeing. C'est la plus grosse commande jamais enregistrée par une compagnie aérienne africaine selon le communiqué de Boeing transmis à la presse.

Des besoins estimés à 1190 avions sur 20 ans

Le 737 MAX 8 est l'appareil le plus vendu de la flotte de Boeing, avec plus de 4 800 commandes passées par plus de 100 clients dans le monde. Selon ses Perspectives du marché commercial pour une période de 20 ans, Boeing estime que les compagnies aériennes africaines auront besoin de 1 190 nouveaux avions à mesure que le continent renforcera la connectivité intra-continentale et intercontinentale au cours des deux prochaines décennies.

Au total la commande de la compagnie aérienne nigériane porte sur 50 appareils et 50 autres en options. L'accord considéré comme historique est un premier pas dans la stratégie nigériane de se doter d'une compagnie aérienne de classe mondiale, qui ouvrira de nouvelles perspectives positives pour des millions de clients.

Il s'agit « d'un symbole audacieux du dynamisme, de la résilience et montée en puissance entrepreneuriale de la prochaine génération de Nigérians et d'Africains » a déclaré Babawande Afolabi, fondateur et directeur général de Green Africa Airways.

La compagnie qui a son siège à Lagos, la capitale économique nigérian, souhaite offrir à ses clients des voyages aériens sûrs, de qualité et abordables, selon ses dirigeants. L'objectif est de contribuer de manière significative au développement économique du Nigeria et du continent africain, ont-ils ajouté. Cependant, les différentes parties n'ont pas donné davantage d'informations sur les montants engagés et le niveau de participation acquis par le capital-investisseur dans le cadre de la transaction.